Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



galets

galets.jpg

la mer est sans routes, la mer est sans explications (Alessandro Baricco)

.
 

vivre à la campagne

boue.jpg

L’affreux de la vie à la campagne, c’est d’être livré sans recours à la pluie, à la boue, à la neige, à la nuit. (François Mauriac)

.
 

modèle inégalé

plante.jpg

La Nature, trésor inépuisable des couleurs et des sons, des formes et des rythmes, modèle inégalé de développement total et de variation perpétuelle, la Nature est la suprême ressource !

(Olivier Messiaen)

.
 

l’arbre

arbre.jpg

Quand le dernier arbre aura été abattu -Quand la dernière rivière aura été empoisonnée – Quand le dernier poisson aura été pêché – Alors on saura que l ’argent ne se mange pas.

(Géronimo)
 

.
 

de temps et d’eau..

reflet.jpg

Regarder la rivière qui est de temps et d’eau et se souvenir que le temps est une autre rivière, savoir que nous nous perdons comme la rivière et que les visages passent comme l’eau.
(José Luis Borgès)

.
 

contre-jour dans les feuilles

feuilles.jpg

Je suis tellement heureux lorsque je me promène dans les bois, parmi les arbres, les fleurs et les rochers. Personne n’aime la campagne autant que moi. Ici, la surdité ne me préoccupe plus.

(Ludwig Van Beethoven)

.
 

une fleur ..

fleurnb.jpg

Une fleur est écrite au bout de chaque doigt et le bout du chemin est une fleur qui marche avec toi

(Tristan Tzara)

.
 

correspondance

borne.jpg

Les lieux sont aussi des liens . Et ils sont notre mémoire .

(Philippe Besson)

.
 

la tête dans les nuages

ciel2.jpg

Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? Ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
- Je n’ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis ?
- Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.
- Ta patrie ?
- J’ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté ?
- Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L’or ?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages !

(Charles Baudelaire – L’étranger)

.
 

embruns

cotenb.jpg

 L’homme n’est assuré de sa vie ou de sa mort, il est fragile autant que feuille de bananier ou écume sur les eaux.

.
 
12

lagrenouille |
mangasland |
thailande |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chtiyoyo73
| my life with you
| tempsvole